Feed on
Posts
Comments

Jouir de l’inconnu…

 

 

Voilà, je suis arrivée! Je suis nerveuse, car je n’ai aucune espèce d’idée s’il y aura chimie entre nous… Mais bon, j’ai si envie de tenter l’expérience! D’autant plus que le fait que tu me sois totalement inconnu m’excite terriblement… Il est presque trois heures du matin et je viens de me taper plus de deux heures de voiture au beau milieu de la nuitafin de venir rencontrer un homme qui me promettait un plaisir sans borne. Je me trouve à ce moment plutôt idiote, assise dans ma voiture en observant la maison devant moi. J’embarque souvent dans ce genre de péripéties irrationnelles en plongeant tête première dans le plaisir à l’état brut! Naïvement, je me laisse guider par mes envies libidineuses et advienne que pourra…

 

Je prends mon courage à deux mains et je sors de ma voiture. Je m’approche de la porte d’entrée d’un pas plutôt hésitant. Je souris lorsque je vis un mémo sur la fenêtre de celle-ci : « Bienvenue à toi chère inconnue, entre et descend directement au sous-sol où tu y verras un spa. Déshabille-toi et glisse ton corps dans cette eau chaude et invitante. Un bandeau se trouve près d’un bon cocktail préparé en ton honneur, couvre-toi les yeux et … au plaisir ! » Hummm j’adore cette approche assurée qui me rend si fébrile… Uniquement le fait que tu me dictes quoi faire attise dangereusement mes sens. Je pousse donc cette porte me séparant d’un plaisir déstabilisant… Je parcours les lieux du regard afin de mieux me guider vers le sous-sol. Il fait plutôt sombre, mais je peux tout de même entrevoir les cinq marches devant m’amener à l’étage en question. Une musique d’ambiance fait écho à mon pas, ce qui me réchauffe doucement. Peu de gens savent apprécier la diversité musicale, mais je suis si réceptive aux tonalités sonores… m’abandonnant entièrement à cette intrusion eurythmique qui gravite mes  sens…

 

En arrivant en bas, une lueur claire me guide vers cette eau qui enveloppera sensuellement mon corps dans quelques instants. J’ai l’impression que mes jambes ne me supportent plus comme elles le devraient, ressentant fiévreusement la pesanteur de mon incertitude face à ce qui m’attend. Mes mains tremblent lorsque j’enlève tout d’abord ma jupe… Je regardais autour de moi, soudainement prise de timidité à me dévêtir de la sorte probablement sous le regard de l’homme qui se cache dans la pénombre… Mes doigts s’attaquent aux minuscules boutons qui ornent mon chemisier en mousseline blanche que je laisse tomber le long de mon corps. Je ne suis maintenant qu’en sous-vêtement, perchée du haut de mes chaussures à talons, galbant merveilleusement bien mes jambes fuselées. J’hésite un instant à tout enlever, car je me sens épiée… mais bon! Je suis là pour m’amuser, non?  Alors, je me dénude complètement tentant langoureusement d’aguicher mon mystérieux spectateur. Mes doigts s’attardent un peu plus longtemps que nécessaire sur la peau que je dévoile lentement. En dégrafant mon soutien-gorge, je pris ma poitrine à pleine main, la caressant en délicieux mouvements circulaires…  Les bretelles le retenant sur mes épaules glissèrent d’elles-mêmes sous mon lancinant toucher, provoquant un bruit étouffé lorsque ce dernier toucha le sol. À l’aide de mes doigts, je fis une grande auréole grivoise tout autour de mes hanches afin de mieux lascivement les introduire sous ma petite culotte et glissant ainsi dans l’antre de ma chair séparant gracieusement mes jolies fesses. Ces avec un petit déhanchement, que j’enlève ce dernier amas de tissu recouvrant mon corps élancé. J’insère tout d’abord un pied dans ce bain invitant, testant ainsi sa douce chaleur. Prenant appui sur le bord de ce grand jacuzzi, je me risquai à y entrer complètement. Quel délice de plonger dans cette chaleur qui envahit maintenant mon être entier. Je prends machinalement une gorgée de cet élixir déposé tout près de moi et pris en main ce bandeau mis à ma disposition. C’est dans un abandon total que je disposai ce tissu qui me recouvrira dorénavant la vue, me laissant à la merci des habiletés de mon hôte…

 

Les minutes semblaient interminables dans cette attente languissante. Tout en me laissant envahir par la musique, je me permis d’effleurer ma peau humide déjà si frémissante sous mes doigts. Je me détends peu à peu, la chaleur, la musique et le drink aidant… Je sens une présence derrière moi, aucun mot n’est prononcé, mais mon bouillonnement intérieur témoigne de cette justesse… Enfin, je ne suis plus seule! « Je suis ravi de pouvoir t’observer enfin chère complice. Je t’imaginais comme telle, stylisée, gracieuse, féline… » fut ses premières paroles énoncées avec tant de masculinité et d’assurance, respectant agréablement le silence déconcertant entre ses deux phrases… Je tente d’aiguiser mon ouïe aux bruits environnants, percevoir un soupir, un chuchotement, un guide quelconque afin de me représenter ce qui s’annonce… Ha! Voilà… J’entends l’eau bouger tout près de moi, je sens les petites vagues venir claquer ma poitrine, signe qu’un corps s’y est glissé… Mon pied est frôlé par un autre et me fit l’effet d’une  décharge incendiaire. Ouf! Je suis soumise aux volontés de mon hôte sans en connaître ses limites… mais mon désir de jouer au-delà de mes zones de confort me force à apprécier ce moment d’appréhension grandissant…

Je sursaute lorsque je sens une main dégager ma chevelure qui recouvre mon épaule, sachant pertinemment que cette caresse provient  non pas du corps près de moi… mais derrière moi! Ha ce que j’ai envie de transgresser les règles et pouvoir éloigner le noir qui me bloque la vue, mais la retenue décuplera mon envie du vice, j’écarte donc cette idée castrante. « Ce soir tu nous appartiens, chère complice, laisses ton corps réagir sans tenter de contrôler son plaisir… » Je suis un peu abasourdie devant l’étendue possible de cette soirée, mais je décide tout de même d’acquiescer à sa demande. C’est à ce moment que je sens mon interlocuteur m’entourer la gorge de ses mains et relever mon visage afin de venir y poser sa bouche, m’embrassant langoureusement, forçant ma bouche de sa langue intrusive… Ses lèvres sont chaudes et sa langue regorge de salive m’obligeant à avaler malgré la difficulté issue de ma position… Sa langue fouille habilement ma cavité orale, chatouillant la mienne de ses papilles rugueuses. Ses mains délaissèrent ma gorge et empoignèrent ma chevelure avec une hargne féroce… Ma tête est au maximum tendue vers l’arrière et mon cou s’étire à la limite de la douleur. De par sa main il retenait mon visage dans cette position et de l’autre il prit son sexe encore flasque et l’inséra dans ma bouche forcée à s’entrouvrir. Je sens son gland frotter contre mon palais qui suffoqua sous la charge. Son membre durcit rapidement au contact de l’antre chaud de ma bouche… J’étais si excitée par cette emprise qu’il avait sur moi et tout en me laissant baiser la bouche par cet homme vicieux derrière moi, je sens le corps de l’autre partenaire venir me chevaucher. Mes mains osent venir toucher cette peau qui s’offrait à moi… Une peau douce et soigneusement épilée recouvrait ses jambes menues. Je suis secrètement rassurée que la tierce personne soit de sexe féminin, car pour une première tentative de triolisme, deux hommes m’auraient davantage effrayée…. Hummm je sens sa petite poitrine venir frôler la mienne de ses pointes dressées. Elle prit mes mains et les guida vers ses seins que je pus découvrir à mon plus grand plaisir. Je n’ai jamais touché le corps d’une autre femme, mais je fantasmais souvent sur la douceur des courbes féminines….

 

 

Amour… oral ;)

 

Appel invitant…

Jeune étudiante à l’université, je travaille à temps partiel comme réceptionniste dans une compagnie de placement. J’aime bien ce boulot, car il me permet d’entrer en contact avec des gens de toutes sortes, sans m’ennuyer! Bien sûr, il m’est arrivé de parler à des abrutis, mais je sais assez bien manier les mots afin qu’ils changent d’approche avec moi. Je vois alors ces appels comme des défis purement personnels…

Nous sommes jeudi après-midi et je termine de me préparer. Je déteste les journées comme aujourd’hui où tout fonctionne de travers… Habituellement, je prends le temps de choisir mes vêtements qui représentent bien mon état d’âme du moment, mais là de toute manière, je me sens tellement de mauvaise humeur que loin de moi l’idée d’être coquette. J’enfile un jean, un chemisier et des bottillons noirs à hauts talons. Je ne peux cacher que je me sens sexy en jeans, car ils mettent parfaitement en valeur mes jambes et mon joli petit cul. Je ne dois pas être la seule à le penser vu les regards envieux de certaines femmes qui travaillent avec moi. Probablement que ceux-ci me permettront de retrouver un sourire dans la voix afin  d’égayer les conversations de mes interlocuteurs. Bon! Assez de réflexions, je dois filer, je déteste être en retard.

En arrivant, l’accueil de mes collègues reste  sensiblement le même que les jours précédents. Un « bonjour » courtois à la limite du « je-m’en-foutisme »! Bah, ces personnes insignifiantes ne m’ont jamais empêchée d’apprécier les heures que je passe assise sur mon fauteuil digne d’une PDG. Je prends place tout en parcourant du regard, la paperasse accumulée sur mon bureau. Ouf! Des fois, je m’imagine donner un cours 101 d  aux insignifiantes qui me précèdent afin qu’elles puissent accomplir autre chose que sourire bêtement lorsqu’on leur parle. Je vous avais mentionné que je suis plutôt du genre anticonformiste qui joui en dominant le genre humain? Ça ne m’empêche aucunement d’être tout à fait à ma place lorsque je suis en ligne avec un client, mais qu’il n’ose pas élever le ton avec moi, car je me ferai un malin plaisir à lui envoyer subtilement au visage tout le sarcasme que je pense de lui…

Mon patron n’est jamais présent le soir, sauf à de rares occasions. Il me laisse donc des notes sur mon écran d’ordinateur pour me signifier leur importance. Il n’y en a qu’un seul aujourd’hui. « Julie, j’aimerais que tu appelles M. Simard afin de lui signifier que nous n’avons pas retenu sa candidature pour le moment. Tu es la femme parfaite pour ce travail, je compte sur toi… Bonne soirée! Éric » Parfaite pour ça mon œil! Cet homme est d’une arrogance qui me dépasse. Il a une telle manière de me regarder comme si j’étais une chatte en chaleur qui n’attendait que lui pour se satisfaire! Juste à l’idée de lui parler me met hors de moi. Bon allez ma belle, ce n’est pas la première fois que tu clous le bec à un égocentrique mal baisé! Je prends une grande inspiration afin de paraître le plus calme possible au téléphone. Dès la première sonnerie, une voix chaude et rauque me répondit. Ouf! Comme si je m’attendais à ça… « Bonjour, Julie de chez Odéma, vous allez bien? »

–         « Humm, c’est vous la jolie brunette que j’ai aperçue hier, vêtue d’une jolie robe aguichante? »

–         « Pardon? »

–         « Ha, Julie ne soit pas prude, je t’ai trouvée tout à fait mignonne… J’étais même justement en train de penser à toi il y a quelques instants. »

–         « Ha, n’importe quoi. » Lui répondis-je bêtement. Ma réponse semble l’amuser, car j’entendis son rire éclater à mes oreilles. Mais il se prend pour quoi, lui?

–         « Absolument, lorsque le téléphone a sonné, j’étais en train de m’amuser en pensant à toi… » Cette phrase me fit l’effet d’une décharge électrique…

–         « Soyez plus explicite, je ne vous suis pas… » Je ne peux tout de même pas me permettre de lui signifier que cette image m’allume terriblement. Surtout avec mes collègues qui gravitent près de moi dans l’espoir de pouvoir critiquer mon travail.

–         « Avec plaisir Julie… En fait, j’adore les tigresses comme toi. Tu dois certainement être une perverse accomplie derrière cet air de femme farouche. Tu crois que je n’ai pas remarqué la manière dont tu me dévorais des yeux hier? »

–         « Aucunement, vous vous trompez complètement Mr.Simard. »

–         « Ha, je ne crois pas ma belle. Je pense plutôt que tu n’as pas trouvé l’homme qui saura te dompter comme il se doit… Je me caresse présentement… et j’ai envie que ce soit toi qui me fasses jouir! » Je restai quelques secondes sans voix… Mon corps ne réagit pas comme il se doit. J’ai chaud, ma tête bourdonne et je sens mon sexe réagir si fort à ses paroles. Hummm…

–         « Je… En fait, j’ai… Non… Le but de mon appel était pour… »

–         « Shut… Ne parle pas… J’ai envie que tu m’entendes jouir. Uniquement le fait de savoir que tu ne peux me parler m’excite. Ma main est chaude sur mon sexe, j’aime en faire jaillir le liquide séminal quand je m’agace de la sorte… C’est toi Julie. C’est toi qui rends mon membre tout dur et je t’imagine présentement à genoux devant moi. Tu as envie de me sucer Julie, tu en meurs d’envie… Tu lèches tes jolies lèvres afin de me les offrir telle une offrande. Ton regard grivois qui admire cet objet de désir. Ah Julie! Je veux tellement que tu l’insères lentement dans ta bouche. Je veux le voir disparaître graduellement à l’intérieur de cet ovale parfait prêt à m’engloutir profondément… Hummm Tu la veut au fond de ta gorge Julie, tu veux que je baise ta jolie petite bouche… Que je guide le rythme en appuyant mes mains sur ta tête… Je le savais que tu aimerais ma belle… et je sais que tu es en train de mouiller présentement. Juste à t’imaginer te tortiller lentement sur le bout de ta chaise, hummmmm. Tu es mouillée n’est-ce pas, sexy? »

–         « hum, hum… » J’abondais même! Sa voix, ses mots, wow ! Je me sens comme une petite salope soumise à son plaisir…

–         « Je le sais, je le sens par ta respiration devenue maintenant saccadée… Je suis sur le bord de jouir Julie… Hummmm Je veux que tu glisses discrètement tes doigts sur ta chatte, que tu appuis sur elle si fort que ton jus empreigne totalement ta petite culotte… » Sans un mot, je glisse ma main sous mon bureau pour exécuter ce que mon guide me dicte… « Allez ma belle… tu vas déposer le téléphone sur ton bureau. Tu vas te lever et te rendre directement dans la salle de bain. Tu vas amener avec toi ce bel objet de forme phallique que j’ai aperçu hier sur ton bureau… Je veux que tu te masturbes ma belle, que tu défonces ta petite chatte pour moi… Empale-toi sur lui Julie et fais-toi jouir! Tu me diras en revenant, la raison de ton appel… »

Je m’exécutai…

.

 

Je travaille à Montréal et, habitant la Rive-Sud depuis maintenant 5 ans, je traverse les ponts tous les matins… Bah! Je ne m’en plains pas vraiment puisque j’adore ce temps qui me permet d’être totalement dans ma bulle. J’adore me laisser transporter par une musique qui suit parfaitement mon humeur du moment! Je suis donc assise dans ma voiture un vendredi matin, je me sens chaude tout en me disant que c’est la dernière journée avant le week-end! Comme à mon habitude, je laisse mon esprit divaguer en des scénarios obscènes qui m’allument au plus haut point. J’adore lorsque j’arrive au boulot, avoir le corps bien éveillé et mon sexe un peu humide… Ouf! J’aime bien joindre l’utile à l’agréable… et vu que je travaille assise la majeure partie de la journée, je peux ainsi me dandiner allègrement mon bassin sur ma chaise afin de me procurer davantage de plaisir…

Je suis rendue sur le Boulevard St-Joseph et je suis désespérée de constater à quel point les lumières ne sont pas synchronisées. Je m’arrête donc à une lumière rouge en tentant de garder mon calme. Machinalement, je regarde la voiture à ma gauche. Je te vois, tu es mignon… Je te souris et tu me retournes instantanément mon sourire. Hummm ta bouche est magnifique! Dommage, la lumière passe au vert à ce moment. Je démarre donc en me surprenant moi-même d’espérer que la prochaine m’exige de m’arrêter à nouveau. Mon souhait s’exhausse, à mon grand plaisir. Je te regarde à nouveau en t’envoyant un doux baiser soufflé. Tu sembles apprécier ce geste puisque de tes doigts tu formes un joli V tout en simulant le cunnilingus de ta langue. Ouf! Ce que tu m’allumes toi en ce vendredi matin 6h30…  Lorsque la lumière est verte, nous avançâmes tous les deux et je souris en voyant que tu tentes de rester égal à ma voiture. J’aime bien ce petit jeu… J’ose à nouveau te regarder et j’aperçois à ce moment que tu me fais signe d’arrêter. Hummm, intéressant! Quelques mètres plus loin, je stationne ma voiture. Je suis excitée, j’ai envie de sentir ta splendide bouche sur la mienne…

 

Tu immobilises la tienne tout près devant. En débarquant, tu me souris… Nous sommes probablement autant gênés, qu’excités de la situation. En arrivant tout près de moi, tu glisses ta main sur ma nuque et tout en approchant mon visage tu me susurres : «God Damn! Je te veux! » et tu m’embrasses goulûment, férocement. Je sens ta langue me pénétrer, tes dents mordre sans ménagement mes lèvres. Ouf! De ton autre main, tu plaques ton bassin contre le mien afin que je sente ton membre bien dur contre moi. Ta main s’aventure sous ma jupe et tout en tassant ma petite culotte de ton pouce, tu insères deux doigts dans ma chatte chaude et déjà abondante de mon jus… Tu gémis de l’effet que cette aventure matinale à sur moi… Ton regard est pervers, ta respiration est accélérée et de ton corps bien planqué contre le mien, tu dégustes savoureusement ces doigts empreins de ma cyprine… Ta bouche forme maintenant un ovale parfait en engouffrant ces derniers, tu ne veux surtout pas en perdre une seule goutte… J’adore la sensation que je fais perdre la tête à un homme de par ma sève féminine…

Ha! Le temps file et je dois arriver à l’heure au boulot. À regret je te murmure : « Je dois y aller… mais je garde en mémoire ce moment de pur délice passé avec toi! » Nerveusement, tu griffonnes quelque chose sur un bout de papier. Je le prends et le glisse dans ma poche de chemisier. Après avoir délicieusement goûté à tes lèvres une dernière fois, je prends place dans ma voiture. Je croyais, à tort, que tu avais indiqué ton numéro de téléphone sur le papier… Mais à mon plus grand plaisir, j’y lus : «À demain… »

Jolies lignes courbes ;)

Elle est là…

Merci Matt pour cette jouissive offrande 😉

6

 

Elle est là, devant moi, nue, à genou, la croupe en l’air, le dos cambré ne portant que ses plus beaux souliers à talons.

Elle est là, reposant sur ses avant-bras, la tête appuyée sur le sol…

Je suis derrière, assis sur ma chaise, et je termine cette bouteille d’eau froide. Je sens chaque gorgée descendre tout le long de ma gorge, jusqu’à mon estomac.  Je sens chaque goutte froide glisser sur ma langue… et ce, pendant que mon regard la fixe.

Elle est là, presque immobile.  Puis, lâchant un grognement, puis un gémissement, elle ondule les hanches.

Elle est là, et se retournant la tête, elle me lance un regard chaud, un regard me suppliant de la prendre.

Je suis là, derrière, je la regarde. Elle a les jambes écartées. Son  sexe est complètement mis à nu… je peux voir le sillon de son anus et, juste en dessous, je vois son sexe, béant, ruisselant d’envie. J’observe les gouttes de cyprine se rassembler puis lentement couler le long de ses lèvres puis le long de ses  cuisses.

Je la regarde, impassible, elle est belle, je la désire, mais je démontre une attitude contraire.

Je bois ma dernière gorgée… puis verse sur sa croupe les dernières gouttes d’eau  froide. Elle ondule encore les hanches et pousse un autre gémissement.

Ma main s’approche de la peau tendue de ses fesses. Ainsi placée, je peux observer toutes ses courbes, son dos arqué vers l’avant me permet d’apprécier ses hanches.

Je marche autour d’elle… elle relève la tête, et nos regards se croisent… nous nous fixons du regard un long moment… ses yeux pétillent d’envie… puis elle rebaisse la tête… je fais un autre tour, appréciant le spectacle de son corps ainsi placé.

Puis, je me place derrière elle… caressant ses hanches, ses fesses… je place une main sur sa chatte brûlante… elle est douce, lisse, chaude… Humm et si mouillée… j’enfouis 2, puis 3 doigts…

Elle gémit encore… je m’accroupis derrière elle… je lèche mes doigts… elle m’excite tant…  puis je plonge mon visage entre ses fesses, léchant son œillet, puis sa chatte ruisselante. Le gout et l’odeur de son sexe éveillent en moi les envies les plus bestiales… mais je me retiens.

Ma langue parcourt le sillon de ses fesses, partant de son clitoris jusqu’à son petit trou interdit… elle, elle ondule le bassin et gémit en guide d’appréciation. Je m’active, puis m’acharne sur son clitoris… enfouissant un doigt à la recherche de son point G…. Et je la pousse à l’orgasme… Elle est si mouillée, si belle, si abandonnée… j’ai tellement envie de la prendre…

Mais pas tout de suite…

Après cet orgasme intense, je me relève, et je reviens devant elle… elle relève la tête… son regard me suppliant de la prendre… de la baiser… ces gémissements, l’ondulation de ses hanches… je n’en peux  plus…

Je reviens derrière elle, et j’insère mon sexe d’un seul coup bien au fond d’elle. Elle est si mouillée que l’on entend des bruits de giclement à chaque coup de queue! Elle gémit de plus belle… je sens son sexe se resserrer sur mon dard… je la vois se contracter, se raidir… elle relève la tête et gémit si fort… mon sexe est littéralement pris en étaux tellement ses parois vaginales se resserrent.

Je sors mon sexe de sa chatte, puis le pointe à l’entrée de son œillet interdit. Elle recule elle-même son bassin pour rapidement avaler mon sexe.  J’entre doucement, puis ressors lentement, lui laissant le temps d’être à l’aise. Puis, je me penche sur elle, et je détache son bâillon.

« Oh oui, vas-y baise moi! Baise-moi fort! » furent ses premières paroles en 2 heures!   Je me laissai aller à ses demandes, je déferai ses menottes plus tard…

 

Toi…

7f5646072a91844f9c2268982a05f6b6

 

D’un auteur qui se reconnaîtra… 😉

 

C’est de toi que j’ai une terrible envie… sulfureuse… tempétueuse… irrépressible… Insoumise…

Envie de te brûler les reins en y posant les mains… d’investir ta chatte aussi brutalement qu’il est indiqué…

Juste pour sentir ses lèvres laisser un passage béant à ma main… à ma bouche en désir…

Désir de te bouffer le clito sans égards et sans retenue…

D’y planter les dents pour te faire hurler que tu me sens bien…

Désir de presser mon gland à l’orée de ton si joli petit cul… de sentir se dilater ton sphincter tout autour…

Envie de t’investir d’un seul coup de rein… Puissant… Ample… sans attendre…

                                                                  Te défoncer en tirant ta tête vers en arrière…

Sentir mes couilles battre sur tes fesses à chaque pénétration… Violemment… Pleinement…

Et éclater en libérant ma semence au fond de tes entrailles… En longues giclées chaudes et ardentes…

Te laissant pantelante… ivre de baise et de joie de t’être faite pleinement posséder par moi…

Voilà le désir qu’à l’instant tu allumes en moi…

Toi!…

Emprise…

 

Older Posts »