Feed on
Posts
Comments

 

 

Son regard sur moi a changé… je le sens plus mystérieux, plus profond, plus intéressé! Bien sûr, il y a 5 ans, je n’étais alors que l’amie de sa fille, point  à la ligne. Quand je suis allée chez elle hier soir, j’ai senti mes joues rougir lorsqu’il a posé subtilement ses yeux noirs sur mes longues jambes fuselées, puis ma poitrine et mon visage.

 

«Bonsoir Évelyne » me dit-il d’un ton grave.

«Bonsoir monsieur. » Lui réponds dis-je d’un air timide.

 

Aucune idée pour quelle raison je me sens comme telle à ce moment précis alors que ce n’est pas du tout mon genre de l’être! En fait, oui, je sais. Mon entrejambe palpite pour un homme de vingt ans mon aîné, le père de mon amie en l’occurrence, et ça me fait littéralement capoter. Je suis mitigée entre le désir éminent de l’aguicher, car il m’excite terriblement… et le fait qu’une cloche sonne en moi en me disant : pas touche.

 

« Tu viens Évelyne? » me demande Karine.

 

À regret, je délaisse son paternel du regard pour la suivre jusqu’à sa chambre qui se trouve à l’autre bout du sous-sol. Pendant plus d’une heure trente, nous tentons d’avancer dans notre travail d’équipe que nous devons remettre en début de semaine. Mon esprit est ailleurs et je suis ravie de pouvoir prétexter avoir besoin d’aller à la salle de bain afin de provoquer un moment avec son père. Je m’empresse donc de sortir de la chambre. J’ai envie de le voir, de l’approcher, de le toucher… Très difficile par contre, de passer inaperçue en montant les marches de l’escalier puisqu’il est si vieux qu’il craque sous mon poids, si léger soit-il… J’entre au salon en me laissant guider par le son du téléviseur.

 

« Dites-moi monsieur, est-ce possible pour vous de me servir un verre d’eau? »

 

Je me trouve ridicule, mais j’ai vraiment envie de le sentir près de moi. Juste à l’idée, mon cœur bat la chamade. Il se lève et tout en me demandant de passer devant lui, me suit à la cuisine. Il me regarde marcher, je le sens derrière moi zyeuter mon joli cul bien coincé dans mon jean étroit. J’avoue apprécier ce moment et je fais exagérément onduler mes hanches afin d’en provoquer une réaction quelconque. Sent-il que je tente de le séduire? Voit-il à quel point je suis devenue une femme?

 

Je me place devant le comptoir et je le sens s’approcher. J’ai les jambes molles et j’ai la bouche sèche. J’ai envie de le sentir près de moi. Je n’ose faire quoi que ce soit, mais j’espère silencieusement qu’il ose pour nous deux… Son corps pousse alors contre le mien qui n’a d’autre choix que de s’appuyer fermement contre le comptoir. Sa présence m’envahit entièrement. Il se penche à mon oreille et d’une voix chaude, mielleuse, me murmure :

 

« Tu es devenue, une femme très désirable tu sais Évelyne? »

« Désirez-moi alors… » est ma seule  réponse.

 

Mon corps le veut, le désire au plus haut point. Mon dos se cambre, mes fesses réclament ses mains, sa peau, son corps… Il déposa ses lèvres chaudes au creux de mon cou et je sens ses mains monter de mon ventre à la pointe de mes seins qu’il presse fermement. Je l’entends gémir lorsqu’il s’aperçoit que je ne porte rien sous mon t-shirt. Il empoigne ma jeune poitrine avec fougue et les malaxe si fort et avec tant de désir pour eux que je sens venir mon premier orgasme. Je suis si sensible et ses mains… hummmm. Il doit avoir entendu mes cris de jouissance étouffés puisqu’il émet un râlement en disant :

 

« T’es une petite garce Évelyne. » Me dit-il en me prenant par la gorge et en forçant ma tête à s’appuyer contre son torse.

 

Sa main gauche passe d’un sein à un autre, les empoignant l’un l’autre avec force et habileté. Je suis si mouillée, j’adore de quelle manière il me prend. Comme un homme en fait.  Du haut de mes 19 ans, je me sens enfin femme. Totalement femme, soumise à ses désirs. La main qui entourait délicieusement ma gorge monte lentement de quelques centimètres et je sens que deux de ses doigts tentent de pénétrer ma bouche. Je cède sous la pression. Instinctivement, je fais monter la salive dans ma bouche afin que ses doigts puissent glisser en elle… Son sexe durci pointe sur mon cul pendant que je tente maladroitement de lécher ses doigts qui s’activent maintenant dans ma bouche.

 

Sa main gauche glisse avec force vers mon pantalon qu’il tente d’éloigner de mon ventre du revers de la main. Sa main est trop large. Avec doigté, il défait mon bouton et descend la courte fermeture éclair.

 

« Je veux sentir ta petite chatte Évelyne. Elle est mouillée dis-moi? Dis-moi que tu aimes ce que je te fais. »

 

« Oui monsieur. J’aime ce que vous me faites. Vous m’excitez. »

 

Ces mots ont eu l’effet d’une bombe de désir. Son souffle s’accélère, s’intensifie et s’entremêle au mien. Il se place alors perpendiculaire à mon corps et glisse sa main gauche dans ma petite culotte bien humide. Je tourne mon visage vers lui en appel à ses lèvres. Il m’embrasse à pleine bouche tout en faisant pénétrer ses gros doigts à l’intérieur de mes petites lèvres. Il me fait un peu mal, mais j’adore ça. Sa bouche est salivante, douée et terriblement bonne à embrasser. Il força l’entrée de ma chatte de son majeur.

 

« T’es si mouillée ma belle. Ça t’excite de te faire doigter par un homme de mon âge? Vicieuse. »

 

Je le sens entrer et sortir de mon antre de plus en plus vite. J’adore, j’ai envie de jouir encore. Ouf. OK. Il me donne un répit et se concentre à faire  entrer sa main droite dans ma culotte en passant par mes fesses.

 

« Écarte tes cuisses. Encore plus. Oui voilà comme ça… Je veux te doigter bien comme il faut. »

 

Sa main gauche s’attarde maintenant sur mon clito qu’il agace comme un pro. Sa main droite pour sa part, passe de mon vagin bien mouillé à mon cul bien étroit qu’il tente de perforer de son gros doigt.

 

« Monsieur, vous me faites mal. Mais je crois que j’aime ça, car je vais jouir une deuxième fois. »

 

Au moment même où je sentais se répandre la décharge électrique de ma jouissance, il entra deux doigts dans ma chatte et poussa plus loin son majeur dans mon cul. Je jouis.

 

« Je bande ma belle salope. Ma queue va exploser tellement tu m’excites. »

 

Je n’ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit qu’il descend de ses deux mains, mon jean étroit et en une fraction de seconde il me soulève de terre comme une plume et me dépose sur le comptoir de cuisine. Il passe sa tête entre mes cuisses, devant mon jean qui se retrouve maintenant derrière sa tête. Il m’écarte exagérément mes jambes et se met à fouiller ma chatte de sa longue langue salivante. Hummmm. Ce que c’est bon de me faire lécher par un homme tel que lui! D’une main il me pousse contre le dosseret du comptoir afin de se donner plus de lassitude. Je lui prends la tête. Je veux qu’il me lèche de plus près. Ses mains soulèvent mes cuisses au gré de du rythme de sa langue.

 

Lorsque je sens venir mon troisième orgasme, j’entends également la voix de Karine qui me demande si ça va. Je jouis. Il me descend par terre et s’empresse d’essuyer son visage rempli de cyprine. Je remonte rapidement ma culotte et mes jeans et au même moment où Karine entra dans la cuisine, son père me tendait mon verre d’eau.

 

« Je lui faisais part à quel point j’étais subjugué de voir comment elle était devenue une femme. Je l’invitais également à venir manger avec nous aussi souvent qu’elle aura envie de déguster un délice dont seul moi en connais les secrets… »

 

 

 

Rendez-vous au parc…

Le premier rendez-vous est toujours un dilemme pour moi. Je ne désire aucunement dévoiler mes intentions, si grivoises soient-elles… J’opte donc pour un endroit plutôt neutre, semi-public, mais qui nous laisse tout de même certaines lassitudes si le désir y est! Le parc près de chez moi est tout à fait indiqué à mon avis et je t’y donne donc rendez-vous pour 21h. La température est de mon côté puisqu’il fait plutôt chaud et bien humide…

Ah! J’adore toucher un corps moite sous mes doigts, je trouve ce geste plutôt érotique! Je suis légèrement vêtue, uniquement une petite robe soleil de type empire mettant en relief ma poitrine menue.

Je suis nerveuse et émoustillée à attendre ta présence à mes côtés. J’ai un genou sur un banc, il est 20h55. Ouf! Je suis si fébrile.. J’étais dans mes rêveries lorsque je sens deux mains chaudes me prendre délicieusement les hanches et une voix qui me chuchote la bouche frôlant mon oreille droite : « Bonsoir ma belle… »

Son corps  se colle immédiatement dans mon dos, je sens sa chaleur qui s’imprègne à la mienne. Les jambes tremblotantes et pour me donner une plus grande assurance, je dépose lentement mon pied au sol. Ma tête fait un mouvement vers l’arrière, signe qu’il me fait déjà de l’effet… Mon mystérieux inconnu, dont j’ignore même le prénom, en profite pour déposer sa bouche au creux de mon cou.

Mes jambes flanchent spontanément au contact de ses lèvres chaudes et sensuelles sur ma peau. Hummmm Je n’ai eu qu’un bref moment de plaisir, qu’il se laisse doucement tomber sur les genoux afin de profiter du spectacle que mon postérieur lui offre, probablement… Il est rapide celui-là, mais j’adore! Pas de bla-bla inutile, nous sommes ici pour assouvir nos pulsions libidineuses alors pourquoi pas? Il glisse ses mains sous ma robe et y découvris un sous-vêtement noir en dentelle souple de types brésiliens. J’adore ce type de sous-vêtements, car il galbe parfaitement mes jolies fesses…

Il doit apprécier également, car j’entends un grognement sourd suivi d’un hum interminable! Ce mâle alpha ne résiste pas très longtemps à la vue de mon cul puisqu’il y fourre directement son visage en beuglant à quel point il a envie de le baiser… Il glisse alors une main sur mon ventre afin de mieux diriger mon corps vers sa langue avide de le déguster.

De sa main libre, il pousse subitement sur mon dos pour que je prenne appui sur le dossier du banc. Hummm il veut davantage une liberté d’action, vas-y mon beau, régale-toi! Mon cul bien offert à sa langue qui s’infiltre impudiquement entre mes fesses, je glisse ma main entre mes jambes désirant ardemment stimuler mon clito baignant dans le flot de mon plaisir… De sa langue, il se met à me lécher avec une telle ardeur que  je désire qu’il pousse celle-ci plus profondément en moi, qu’il m’encule le plus qu’il en est capable. Arhhhh… ce qu’il m’excite ce bel inconnu… hummmm Tout en levant une jambe pour y déposer mon pied, j’arque bien le dos l’invitant à me baiser comme il en a envie…

Il avait déjà sorti son membre bien dur de son jean et plaqua ce dernier contre mon cul mouillé… D’un seul mouvement sec, il m’enfila complètement… La douleur était si vive, mais en même temps si jouissive… Je sentais mes parois se tendent sous la pression de sa queue bien gonflée… Il malmena mon corps avec une telle adresse que j’étais déjà sur le bord d’un orgasme violent. Son rythme s’accéléra dans mon cul ouvert puis je sentis son sperme chaud couler en moi, au même moment où mon corps fut parcouru d’une décharge orgasmique incendiaire…

Quelques spasmes plus tard, il me dit en m’embrassant le haut du dos : « Je m’appelle Benoît… »

La séduction est pour moi, un art…

Si nous considérons que ce terme asexué désigne à l’origine le fait de susciter l’intérêt, l’admiration, l’attirance ou même la convoitise, il est donc indispensable pour le genre humain de reconsidérer son approche s’il désire parvenir à ses fins…

Je crois mordicus que nous p perdons malheureusement de vue l’importance de séduire pour le plaisir… et non comme un moyen pour arriver à nos fins. Loin de moi l’idée de diminuer son importance en ce qui a trait au désir de parvenir à la fusion charnelle. Mais il ne faut pas omettre d’utiliser cette méthode pour stimuler notre ouverture au sexe qui nous inspire, et d’en apprécier uniquement les stimuli. Il est si agréable, lors d’une journée typiquement ordinaire, qu’une personne nous regarde avec admiration, nous souris ou même ose nous aborder en nous disant qu’elle nous trouve à son goût. Ah! Pour moi, c’est un excellent moyen pour avoir un merveilleux sourire et la tête débordante d’idées grivoises. Et je ne crois pas être la seule dans ce cas…

Selon mon humble perception de l’art de séduire, je serais tentée d’annoncer publiquement que peu d’entre nous maîtrise ce jeu qui exige à la fois le charme, l’ouverture, l’analyse de l’autre, la connaissance de soi et une bonne capacité d’adaptation. Il est effectivement très ardu de charmer la personne tant désirée si nous sommes rendus experts dans ce que l’on appelle le narcissisme de haut niveau! Par conséquent, l’approche prônée devrait être une parfaite symbiose entre le corps et l’esprit. Non pas que nous devons impérativement représenter un être d’une intelligence remarquable et d’un corps qui fait fondre l’être le plus frigide! Au contraire, nous devons miser sur nos atouts respectifs en mettant en valeur ce qui nous donne le plus confiance en nous tant au niveau de notre personnalité que de notre enveloppe corporelle.

En l’occurrence, nous pourrons attirer l’attention de l’autre sur nous ce qui, selon moi, représente l’étape la plus facile… Facile me direz-vous? Absolument. Puisqu’il est beaucoup plus épineux de conserver l’intérêt que de le susciter… Combien de fois nous nous sommes emballés pour une personne puis désenchantés peu de temps après? Eh bien! Malheureusement, ces êtres  n’ont misé que sur un seul aspect de leur charme potentiel ou bien qu’il n’y a tout simplement aucune chimie possible entre les deux partis. De plus,  plusieurs lois doivent entrer en concordance afin de stimuler parfaitement notre futur partenaire. Que cette stimulation ne dure que quelques heures ou sur une plus longue période… Bien sûr, plusieurs d’entre vous pourraient me dire que si le seul but est une baise intense, pour quelles raisons mettre autant d’efforts et d’énergie pour séduire au-delà de l’apparence? Je répondrais alors qu’inconsciemment, si vous parvenez à vos fins… c’est que plus d’un élément est entré, de par et d’autre, en ligne de compte….

Si nous prenons tout d’abord l’aspect physique de la séduction, nous retrouvons au premier rang, le regard. C’est probablement dans ce premier échange que nous évaluons si nous avons des chances de conquérir ou non. Si nous désirons entrer en contact visuel et que l’autre détourne la tête lentement sans marque évidente d’intérêt, c’est peine perdue! Au contraire, s’il tente également de croiser le vôtre, même s’il s’en désintéresse quelques instants plus tard, il y a une chance! Évaluez par la suite son langage corporel, dépendamment s’il s’agit d’un homme ou d’une femme. Nous émettons des signes totalement distincts, que nous soyons mâle ou femelle. Nous prenons alors inconsciemment nos « rôles » respectifs proprement issus de notre chère société. L’homme tentera alors de maximiser sa masculinité en délimitant son territoire, en se montrant fort et totalement en contrôle… Il prendra systématiquement de l’assurance en déployant ses atouts de dominateur, de chasseur… Tandis que la demoiselle entrera pour sa part dans un tourbillon de gestes qui accentueront sa féminité. Un sourire timide, une main replaçant délicatement sa chevelure ou même se mordiller la lèvre de manière sensuelle, sont des signes évidents d’ouverture à la séduction.

Cette première étape franchie, vous embarquez alors à l’intérieur de la seconde… celle de la conversation! Quelle soit minimaliste ou recherchée, elle demeure néanmoins celle qui penchera ou non en votre faveur! C’est à ce moment crucial qu’il vous est essentiel de vous intéresser à l’autre. Comme le dit si bien Charles-Albert Demoustier vers la fin du 18e siècle : « Pour séduire une belle, au lieu de lui parler de soi, il est plus adroit de lui parler d’elle. »(178

Que nous désirions séduire par voie téléphonique, virtuelle ou corporelle, les incontournables doivent mériter notre attention. En effet, l’être primitif que nous sommes se doit de s’intéresser, ne serait-ce qu’un brin, à l’autre. Que cette ouverture soit réalisée de manière superficielle ou née d’une profonde attirance pour l’être convoité.

Nul se délecte à être en compagnie d’un être qui ne parle que de lui-même. Mais tous jubile devant l’intérêt de l’autre pour soi. Toutefois, ce n’est jamais tout blanc, ni tout noir. Il faut savoir nuancer! Si nous embarquons dans la facilité, si nous n’avons aucun effort à déployer afin de conquérir notre proie, à moins d’être une personne sans estime ou totalement assoiffé par une sur stimulation de compliments, c’est plutôt totalement «turn off»! Si l’on désire s’intéresser à autrui, ce n’est pas en le complimentant constamment sur sa beauté ou son intelligence… mais bien être à l’écoute de ce qu’il a envie de partager, de le questionner sur ses passions, sur ce qui le fait sourire, et de s’arrimer ensuite à lui.

Sur cette ébauche à l’art de la séduction, je me permettrais, non pas que je désire être sexiste en entrant dans les stéréotypes qui stipulent que l’homme doit séduire la femme… mais, en tant que représentative de ce sexe, je tenterai de guider globalement la gent masculine, dans l’art ultime de la séduction féminine…

Je ne vous cacherai pas que toute femme qui se respecte a un net penchant pour les gentlemen. Tout est question de personnalité et d’approche. Que vous soyez conformiste, idéaliste, conventionnel, stimulé par une marginalité quelconque, intellectuel ou principalement manuel,  vous avez tous, en votre possession, les moyens pour devenir un homme expert dans la séduction féminine.

La femme apprécie, comme je le mentionnais plus tôt, le fait d’être considérée. Se sentir importante aux yeux de l’homme, se sentir admirée et valorisée pour nos qualités abaisse doucement nos défenses et vous ouvre alors une porte afin de nous charmer comme il se doit. Regardez-nous dans les yeux avec intensité… Bon! Peut-être allons-nous détourner timidement le regard l’espace d’un moment, mais ne sommes-nous pas attachantes soumises à votre désir et insistance? Votre sourire nous indiquera que vous êtes charmé par qui nous sommes, alors pourquoi le restreindre? Nous voulons de l’ouverture, de la présence, et ce, tant au niveau des paroles que du corps. Vous transformerez ainsi l’intérêt qu’elle vous porte… en attirance!

Si nous récapitulons, une femme a capté votre attention, elle vous plait. Vous avez su attirer son attention de par votre regard, elle était à ce moment, réceptive… ouverte! Lors de la conversation, représentant la seconde étape de la séduction, tout va pour le mieux. Vous avez su doser votre intérêt en vous concentrant sur qui elle est tout en mesurant l’ampleur de vos paroles côté éloges.

Ça y est, elle semble séduite… Votre corps doit donc parler pour vous afin qu’elle puisse sentir votre attirance et votre désir de sensuellement et sexuellement la satisfaire! Le toucher devient donc un outil primordial afin qu’elle s’embrase au contact de votre peau et qu’elle s’allume naturellement à en désirer davantage.

Nous voulons ressentir une décharge dans notre âme et notre entrejambe. Un homme trop direct et entreprenant peut refroidir spontanément celle qu’il désire. Oser effleurer son bras, sa main, sa cuisse… et constater l’effet! Voilà pourquoi je mentionnais un peu plus tôt qu’il vous faut posséder la capacité d’analyse afin de détecter, tout au long du processus de séduction, jusqu’où vous pouvez pousser l’audace! Un homme qui sait graduellement faire augmenter les pulsations cardiaques de la demoiselle par le toucher, ouf! Ce qu’il est plaisant de simuler un rapport sexuel uniquement que par un toucher donnant l’impression d’une naïve caresse. Toucher le bras, la main, le genou… et un peu plus tard,  subtilement lui effleurer l’intérieur des cuisses, hummm. Allez mon beau, glisse tes doigts sur mon sexe afin d’en découvrir toute sa splendeur…Inconsciemment, elle se laisse alors érotiquement manipuler, fantasmant silencieusement sur une caresse encore plus grivoise…Vous pouvez ainsi jouer avec la tentation et titiller par le fait même votre soif évidente pour cette convoitise appétissante! En résumé, sexualisez votre interaction en augmentant progressivement la tension libidineuse entre vous. Voilà pour moi une des étapes les plus stimulantes de la séduction!

Ce moment où le magnétisme lubrique fait son œuvre, que l’excitation grimpe d’une manière rocambolesque, que nos sexes respectifs désirent être gorgés de plaisirs orgasmiques, que nos corps vibrent à l’idée d’explorer toutes les parcelles érogènes à la recherche d’une parfaite symbiose…

À l’intérieur d’un prochain article, je tenterai de vous exposer ma perception du parfait baiser gourmand 😉

Jolies lignes courbes ;)

Elle est là…

Merci Matt pour cette jouissive offrande 😉

6

 

Elle est là, devant moi, nue, à genou, la croupe en l’air, le dos cambré ne portant que ses plus beaux souliers à talons.

Elle est là, reposant sur ses avant-bras, la tête appuyée sur le sol…

Je suis derrière, assis sur ma chaise, et je termine cette bouteille d’eau froide. Je sens chaque gorgée descendre tout le long de ma gorge, jusqu’à mon estomac.  Je sens chaque goutte froide glisser sur ma langue… et ce, pendant que mon regard la fixe.

Elle est là, presque immobile.  Puis, lâchant un grognement, puis un gémissement, elle ondule les hanches.

Elle est là, et se retournant la tête, elle me lance un regard chaud, un regard me suppliant de la prendre.

Je suis là, derrière, je la regarde. Elle a les jambes écartées. Son  sexe est complètement mis à nu… je peux voir le sillon de son anus et, juste en dessous, je vois son sexe, béant, ruisselant d’envie. J’observe les gouttes de cyprine se rassembler puis lentement couler le long de ses lèvres puis le long de ses  cuisses.

Je la regarde, impassible, elle est belle, je la désire, mais je démontre une attitude contraire.

Je bois ma dernière gorgée… puis verse sur sa croupe les dernières gouttes d’eau  froide. Elle ondule encore les hanches et pousse un autre gémissement.

Ma main s’approche de la peau tendue de ses fesses. Ainsi placée, je peux observer toutes ses courbes, son dos arqué vers l’avant me permet d’apprécier ses hanches.

Je marche autour d’elle… elle relève la tête, et nos regards se croisent… nous nous fixons du regard un long moment… ses yeux pétillent d’envie… puis elle rebaisse la tête… je fais un autre tour, appréciant le spectacle de son corps ainsi placé.

Puis, je me place derrière elle… caressant ses hanches, ses fesses… je place une main sur sa chatte brûlante… elle est douce, lisse, chaude… Humm et si mouillée… j’enfouis 2, puis 3 doigts…

Elle gémit encore… je m’accroupis derrière elle… je lèche mes doigts… elle m’excite tant…  puis je plonge mon visage entre ses fesses, léchant son œillet, puis sa chatte ruisselante. Le gout et l’odeur de son sexe éveillent en moi les envies les plus bestiales… mais je me retiens.

Ma langue parcourt le sillon de ses fesses, partant de son clitoris jusqu’à son petit trou interdit… elle, elle ondule le bassin et gémit en guide d’appréciation. Je m’active, puis m’acharne sur son clitoris… enfouissant un doigt à la recherche de son point G…. Et je la pousse à l’orgasme… Elle est si mouillée, si belle, si abandonnée… j’ai tellement envie de la prendre…

Mais pas tout de suite…

Après cet orgasme intense, je me relève, et je reviens devant elle… elle relève la tête… son regard me suppliant de la prendre… de la baiser… ces gémissements, l’ondulation de ses hanches… je n’en peux  plus…

Je reviens derrière elle, et j’insère mon sexe d’un seul coup bien au fond d’elle. Elle est si mouillée que l’on entend des bruits de giclement à chaque coup de queue! Elle gémit de plus belle… je sens son sexe se resserrer sur mon dard… je la vois se contracter, se raidir… elle relève la tête et gémit si fort… mon sexe est littéralement pris en étaux tellement ses parois vaginales se resserrent.

Je sors mon sexe de sa chatte, puis le pointe à l’entrée de son œillet interdit. Elle recule elle-même son bassin pour rapidement avaler mon sexe.  J’entre doucement, puis ressors lentement, lui laissant le temps d’être à l’aise. Puis, je me penche sur elle, et je détache son bâillon.

« Oh oui, vas-y baise moi! Baise-moi fort! » furent ses premières paroles en 2 heures!   Je me laissai aller à ses demandes, je déferai ses menottes plus tard…

 

Toi…

7f5646072a91844f9c2268982a05f6b6

 

D’un auteur qui se reconnaîtra… 😉

 

C’est de toi que j’ai une terrible envie… sulfureuse… tempétueuse… irrépressible… Insoumise…

Envie de te brûler les reins en y posant les mains… d’investir ta chatte aussi brutalement qu’il est indiqué…

Juste pour sentir ses lèvres laisser un passage béant à ma main… à ma bouche en désir…

Désir de te bouffer le clito sans égards et sans retenue…

D’y planter les dents pour te faire hurler que tu me sens bien…

Désir de presser mon gland à l’orée de ton si joli petit cul… de sentir se dilater ton sphincter tout autour…

Envie de t’investir d’un seul coup de rein… Puissant… Ample… sans attendre…

                                                                  Te défoncer en tirant ta tête vers en arrière…

Sentir mes couilles battre sur tes fesses à chaque pénétration… Violemment… Pleinement…

Et éclater en libérant ma semence au fond de tes entrailles… En longues giclées chaudes et ardentes…

Te laissant pantelante… ivre de baise et de joie de t’être faite pleinement posséder par moi…

Voilà le désir qu’à l’instant tu allumes en moi…

Toi!…

Emprise…

 

Older Posts »